Retour sur QUARTIERS D’HIVER à ROUYN

By March 17, 2016 No Comments

Situé à environ 600 kilomètres de Montréal, la petite ville de Rouyn-Noranda fait jaser d'elle depuis quelques années grâce, notamment, à son Festival de musique émergente. Profitant du succès de sa version d'été, les organisateurs ont décidé de nous offrir une formule d'hiver.

SOIRÉE D’OUVERTURE

La deuxième édition des Quartiers d’hiver du FME s’amorçait sur une note résolument folk avec Beyries, jeune auteure-compositrice-interprète montréalaise, en première partie des Wainwright Sisters. À son premier spectacle à vie, Beyries offrit une performance plus qu’honnête, ponctuée d’agréables interactions avec le public. Son émotion et sa fébrilité étaient palpables, ce qui la rendit d’autant plus sympathique. Nous entendrons certainement parler d’elle dans le futur.

Quant à elles, les sœurs Wainwright terminaient la tournée de leur plus récent projet musical à Rouyn. Bien que performant ce qu’elles appellent des berceuses morbides, elles surent tout de même, grâce à de nombreuses blagues et covers appréciés par le public, garder un atmosphère bon-enfant et authentique. L’accord entre la voix puissante de Martha et celle plus sensible et fragile de Lucy était parfait.

Mon coup de cœur de la soirée fut cependant le spectacle de Random Recipe au Cabaret de la dernière chance. N’étant pas acquis de base à leur musique, je n’avais donc aucune attente. Pourtant, l’énergie qu’ils ont su offrir au public était hors norme et cadrait parfaitement avec le format du Cabaret. Très généreux, le groupe performa un medley de chansons des années 90 qui souleva la foule. Bref, un succès sur toute la ligne.


 

VENDREDI SOIR

Nous avons opté pour le spectacle hip-hop de la soirée, qui offrait une affiche alléchante avec Matthew James, rappeur local qui en était lui aussi à son premier spectacle à vie, Sans Pression (qui lui se passe d’introduction) et, bien sur, Loud and Lary Ajust.

Matthew James, qui présentait son premier album Run Noranda, donna une performance sous le signe de la sincérité, remerciant à de nombreuses reprises son public ainsi que ceux qui ont cru en lui par le passé. Les gens préférant le old school furent aussi servi avec la prestation de Sans Pression. Généreux de son temps, il performa plusieurs chansons, plus vieilles comme plus récentes.

Véritables clou de la soirée Loud Lary Ajust (LLA) étaient attendu de pieds fermes par le public présent à la Scène Paramount. Ils ont fait lever la foule à de nombreuses reprises, elle qui connaissait la grande majorité de leur chanson par cœur. En plus de descendre chanter au travers de la foule, le groupe s’offrit à leurs fans en body surfing. Sans compter Ajust qui lança de grandes lampées de Jameson sur le public. Bref, une performance électrisante à la hauteur de leur renommée.


 

SAMEDI SOIR

La programmation du samedi soir s’annonçait particulièrement attirante puisque c’est Plants and Animals et Suuns qui s’amenaient à l’Agora des arts; deux groupes montréalais ayant atteint une certaine notoriété internationale.

Fidèles à leur habitude, Plants and Animals nous ont offert une solide performance haute en énergie avec une sonorité mélangeant des éléments prog, folk et rock classique . Malheureusement, la décision de faire un spectacle assis ne permis pas de bien faire partager cette énergie au public. Il serait probablement préférable pour le futur de laisser les spectateurs être débout, spécialement pour ce genre de groupe.

En deuxième partie, Suuns nous présentèrent en primeur les nouvelles chansons qui se retrouveront sur leur prochain album Hold/Still. Nous ayant habitué à un rock peut-être un peu plus accessible, ils nous présentèrent samedi soir un album définitivement plus électro, ambiant et dark, qui semble être nettement plus aride que les précédents. À en juger par le nombre de spectateurs présents jusqu’à la fin, cela pris définitivement l’audience par surprise. Cependant, les spectateurs restants surent très certainement apprécier le spectacle; une écoute supplémentaire de l’album sera nécessaire afin de s’en faire une idée plus précise.

Le format convivial du FME est toujours très apprécié autant par les artistes et les médias que par les spectateurs. Il sera très intéressant de voir la direction que prendra le festival lors de ses prochaines éditions.

Texte de Olivier Ferland

About Shoeclack Team

Shoeclack Radio is more than just a media. It makes you enable the festival experience all year long!